L'actualité de l'immobilier à Bordeaux

L'immobilier à Bordeaux : 2015, un bon cru ?

Dans un contexte immobilier des plus moroses en 2014, Bordeaux fait plus que de résister. Les prix du mètre carré ont même tendance à croître légèrement, ce qui tire toute la région Aquitaine vers le haut. De bon augure pour 2015…

Un marché en hausse en 2014

Si globalement, le marché de l’immobilier français a été, pour 2014, relativement calme en dépit de taux d’intérêts particulièrement attractifs (en deçà des 3%), Bordeaux est l’une des rares villes en France à se distinguer par une hausse des tarifs. Selon la FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier), sur un an, le prix des appartements dans la capitale de la Gironde a augmenté de 4,5% en 2014, pour atteindre une moyenne de 3571 € du mètre carré. Il s’agit de la plus forte hausse à l’échelon du pays. Un bond en avant qui propulse Bordeaux troisième ville de province la plus chère derrière Lyon et Nice. Et si l’on scrute l’évolution du prix moyen des appartements à Bordeaux sur dix ans, on note une augmentation de 112%.

Le TGV booste les prix au m2!

Une tendance à la hausse qui devrait se confirmer en 2015 en raison du dynamisme économique de Bordeaux. Selon les spécialistes du marché local, la capitale girondine attire de plus en plus de Parisiens, qui, conquis par la ville et la région, cherchent à s’y installer. Une clientèle qui, dotée d’un important pouvoir d’achat, dope les tarifs. « Le rapprochement de la capitale, à deux heures cinq de TGV à partir de 2017, et la proximité du bassin d’Arcachon sont autant d’atouts qui séduisent cette clientèle », estime un agent immobilier bordelais. « Pour autant, les affaires restent difficiles à concrétiser », tempère un confrère. En effet, malgré un budget plus confortable que les locaux, les Parisiens sont également plus exigeants. Car en quittant Paris, ils souhaitent acquérir une grande maison en pierre au cœur de la ville. Problème : dans le centre-ville de Bordeaux, les grandes surfaces sont rares.

Les biens rares sont chers

Or la rareté tire les prix vers le haut et refroidit les ardeurs de ces acheteurs à fort potentiel. Car si l’hyper-centre reste une valeur sûre, son prix dépasse parfois allègrement 5000€ du mètre carré dans le quartier coté du triangle d’or, situé entre la place Tourny, la place Gambetta et la place du Grand Théâtre, le centre historique de la ville est beaucoup plus abordable, aux alentours de 3500 € du mètres carré. Dans le quartier recherché de la ville de pierre, une maison située non loin des grands boulevards s’échange pour 4000 € du mètre carré.

Un marché soutenu par des mesures fiscales

De quoi attirer primo-accédants et investisseurs privés qui bénéficieront de mesures fiscales avantageuses pour 2015. Pour les premiers, le prêt à taux zéro devrait être élargi de 44 000 à 75 000 prêts par an et s’appliquera tant aux biens neufs qu’à l’ancien. Quant aux seconds, ils profiteront du dispositif fiscal Pinel, successeur du Duflot. Ce nouveau dispositif élargira les durées des engagements de la location à six, neuf ou douze ans et permettra sous conditions de louer le bien aux ascendants ou descendants. Le tout en bénéficiant de réduction de taux d’impôts comprise entre 12 et 18%. Plus que jamais, en 2015, l’immobilier a le vent en poupe à Bordeaux !